Capture décran 2019 05 11 à 11.04.044668Les premières réponses de Parcoursup seront envoyées le 15 mai prochain à 19 heures pour les 898 000 inscrits.
Les futurs étudiants attendent cette première échéance avec impatience. Ils sauront enfin si leurs choix de formation ont été acceptés ou refusés ou bien s’ils restent sur liste d’attente.
Cette année, les délais de réponse ont été modifiés pour permettre plus d’anticipation. Le Ministère de l’enseignement supérieur a précisé que les listes d’attente seront mises à jour quotidiennement et consultables à partir de 7:00 chaque matin (sauf durant les examens du baccalauréat) et ceci jusqu’au 19 juillet. L’objectif étant de raccourcir les délais d’attentes excessivement longs de l’an dernier et provoquant beaucoup de stress pour les candidats et leurs familles.
.
 
 
Le stress de l’attente
Les futurs étudiants recevront les réponses des universités (pour les licences et les IUT), des lycées (BTS et classes prépa) et des écoles au fil de l’eau, jusqu’au 19 juillet.
En attendant il faut se faire à l’idée que la décision finale nécessitera peut-être de quitter le cocon familial et de partir à des centaines de kms de sa famille !
Ce sera alors une nouvelle vie à organiser en très peu de temps sachant que les inscriptions dans les établissements supérieurs doivent s‘effectuer avant le 27 aout !
Pour beaucoup de candidats cette période estivale n’est pas toujours « un long fleuve tranquille » et le stress est palpable au sein des familles…

Comment s’organiser ?
Si son premier choix est accepté, Emma devra se rendre à 600 kms de chez elle pour suivre ses études dans une école de commerce.
À cette idée, elle est sereine mais selon Mathilde, sa maman, ce changement de vie peut paraître sympa pour l’instant mais dans les faits cela risque d’être beaucoup plus compliqué !
A 18 ans la première année d’études est aussi celle de la dernière année d’adolescence. On rêve d’autonomie mais aussi on a grandement besoin de ses parents autant sur le plan matériel que sur le plan affectif.
 

Le grand ado a encore besoin de ses parents
La distance ne doit pas limiter la communication. Bien au contraire !
N’oublions pas que prendre son envol, c’est aussi se retrouver parfois très seul et devoir malgré tout prendre des décisions nouvelles souvent très engageantes (budget, logement, petits boulots, etc).
Aussi, et comme à chaque étape de son parcours, le jeune doit petit à petit organiser sa vie, acquérir un niveau d’autonomie suffisant pour anticiper son travail, acquérir une méthodologie. À la fac surtout il sera en autonomie totale. Personne ne se plaindra de son absence. Une liberté précieuse pour ceux qui sont à l’aise, un facteur de désorganisation et de déroute pour d’autres.
.

Capture décran 2019 05 11 à 11.04.484667Comment être bien accompagné et éviter le sentiment de solitude ?
Dans cet univers inédit, les jeunes ont besoin d’être informés, parfois accompagnés, au moins au cours du premier semestre. Les parents gagneront à s’assurer que les nouvelles règles, établies avant la rentrée, ont été bien comprises. Ainsi, on se met d’accord sur un budget précis, en fonction des besoins. « On lui donne toutes les clés pour l’aider à orienter ses choix ».
Justement une des clés pour rassurer le jeune et ses parents est d’être accueilli dans une famille CoHomly au moins la première année. C’est une façon originale d’être hébergé à moindre coût, d’être accompagné et bien souvent chouchouté et surtout d’éviter les moments de solitude incompatible avec les périodes de stress.
De cette façon la transition est grandement facilitée et cette année de cohabitation chez une famille CoHomly est la plupart du temps source de richesses et de découvertes. Elle facilite le parcours et surtout renforce la confiance du jeune, facteur de réussite !
 
Quelques chiffres
 
► 56 % des étudiants vivent chez leurs parents ou en famille, 10 % en foyer ou résidence et 33 % seuls ou en colocation.
►47 % des étudiants exercent un petit boulot. Parmi eux, 20 % y consacrent plus de 20 heures par semaine.
►Ils vivent en moyenne avec 382 € par mois, venant de leurs parents pour 50 % d’entre eux.
►Ce budget est réparti entre les repas (26 %), le logement (20 %), les sorties (17 %). Les dépenses de santé ne représentent que 3 %.
►91 % des étudiants déclarent subir au moins une période de stress au cours de l’année. (Source : enquête Smerep, juin 2018)

Vous souhaitez bénéficier des services CoHomly ?
C'est simple ! Inscrivez-vous vite en cliquant sur le bouton :


© Cohomly, tous droits réservés - Mentions légales